OCL - Organisation Communiste Libertaire

Accueil du site > 8. Actualités, Tracts et Communiqués > Dossier Monde Arabe et Moyen Orient > Documents sur la révolte en Tunisie

Documents sur la révolte en Tunisie

dimanche 30 janvier 2011, par OCLibertaire


Tunisie un mouvement politique et social

Propos recueillis le 26 janvier 2011 par le Collectif Lieux Communs.

Le monde entier vient d’assister au premier renversement, qu’on ne croyait plus possible, d’un régime arabe caricaturalement autocratique et corrompu. Malgré le mécontentement latent et des soulèvements ponctuels de ces dernières années, l’insurrection a surpris tout le monde, y compris les gens les plus au contact des réalités sociales. Pourquoi ? Et comment qualifieriez-vous ces événements ?

  • L’insurrection a été imprévue par tout le monde, pratiquement, même si elle n’est pas une surprise pour beaucoup, dont nous.
  • Pour caractériser exactement ce qui s’est passé, nous disons qu’il s’agit d’un soulèvement populaire : ce n’est pas une révolution dans le sens traditionnel c’est -à-dire strict et plein du terme. Ce qui s’est passé est comparable aux intifadas, aux soulèvements, aux révoltes qui se sont déroulées dans les territoires occupés dans les années 90 du siècle passé. C’est donc un mouvement populaire qui vise la démocratie, les libertés fondamentales et la satisfaction de revendications sociale : les dimensions politiques et sociales sont imbriquées, enchevêtrées.

On peut dire que la situation était mûre pour ce soubresaut, ce soulèvement, surtout depuis les événements de la région des mines de phosphate en 2008, autour de Gafsa. Les ingrédients étaient donc déjà en place et le jeune de Sidi Bouzid qui s’est immolé le 17 décembre, c’est l’étincelle qui a mis le feu à l’ensemble de la situation. Nous pensons que c’est ainsi qu’on doit caractériser ce qui s’est passé. Ce n’est donc pas une révolution dans le sens d’un mouvement politique qui permet à une force sociale particulière, une classe sociale à une ou plusieurs formations politique de prendre le pouvoir. Ça c’est une interprétation qu’il faut éviter absolument et qui délimite bien le cadre général de l’analyse.

Ce soulèvement était essentiellement dirigé contre une dictature personnifiée et constituait une mobilisation essentiellement anti-autoritaire. La fuite de Ben Ali le 14 janvier ne règle évidemment pas tous les problèmes de la société tunisienne : Pensez-vous que la situation pourrait déboucher sur une révolution telle que vous la définissez ?

  • Ce sont les gauchistes qui pensent comme ça... Ils disent qu’il faut insister, qu’on doit continuer la mouvement jusqu’à la victoire finale – avec des accents qui rappellent celle des bolcheviques... Et c’est ce qu’ils sont en train de faire maintenant. Mais ce n’est pas une révolution : c’est un soulèvement populaire qui a débouché sur des acquis : l’éviction du grand dictateur et de sa famille, la découverte du niveau de corruption qui a caractérisé le pouvoir tunisien, des luttes au sein des entreprises pour évincer les responsables corrompus. Il y a donc un mouvement général de conquête de liberté qui ne se limite pas à la liberté de former des partis, la liberté de la presse, etc. mais qui s’étend jusqu’à la liberté même au sein des entreprises, des administrations, etc. Tout le monde maintenant s’est libéré de ce blocage qui a été imposé par la dictature et a été entretenu depuis maintenant 54 ans - parce qu’il ne s’agit pas que de l’ère Ben Ali, c’est-à-dire le parti unique aux commandes, l’Etat-parti qui surplombe tout, etc... Le propre du régime de Ben Ali, ses caractéristiques singulières, c’est que la corruption y avait dépassé les limites de l’imaginable.
  • Surtout, il ne faut pas commettre l’erreur que les gens ici commentent facilement. Il ne faut jamais, à notre sens, dresser une muraille de Chine entre le régime de Ben Ali issu du coup d’Etat du 7 novembre 1987 et le régime issu de l’indépendance politique de la Tunisie en 1956. Il n’y a pas vraiment de rupture : il y a une continuité. En bref, le régime du parti unique instauré par l’élite destourienne dont le symbole politique était le président Bourghuiba a fait le lit, s’est prolongé à travers un régime policier. C’est-à-dire plus clairement, ça a consisté en la consolidation et le renforcement du dispositif et des appareils de répression. Donc entre les deux régimes, avant et après le 7 novembre 87, il y a une continuité. Le mouvement populaire actuel vise à détruire les handicaps qui peuvent se formuler comme, en gros, un silence politique imposé par le régime destourien depuis 1956, jusqu’au 14 janvier 2011. A notre sens, c’est la méthodologie a suivre pour comprendre ce qui vient de se passer.

Le régime est tombé mais depuis longtemps, c’est tout l’appareil étatique, politique et administratif qui a été infesté par les cadres du RCD, qui sont toujours en place, sans parler des nombreuses entreprises qui appartenaient directement au clan Ben Ali. Que se passe-t-il aujourd’hui dans ces lieux particulièrement ?

  • D’abord il faut savoir que les avoirs, les biens de la famille, du clan Ben Ali représentent 40 % du PIB de la Tunisie et 60% du budget national. En l’espace d’une dizaine d’années, ils ont tout accaparé, toutes les branches essentielles et lucratives de l’économie tunisienne : Aéroport, grandes entreprise, GSM, téléphonie, bâtiment, etc. Avant les employés avaient peur, d’autant plus qu’elles étaient la propriété du sommet de l’Etat : Il y avait donc une peur accentuée, redoublée par rapport à celle du reste de la population. Après la chute de Ben Ali et de sa famille, ces entreprises ont été mises sous la tutelle juridique, et à l’intérieur on assiste à des luttes, des mouvements de contestation, actuellement.

Justement, la peur et la dépression qui dominent actuellement le monde entier ont été spectaculairement vaincues un peu partout en Tunisie. La parole se libère aujourd’hui, comme cela est arrivé en France pour la dernière fois en Mai 68 : Que se dit-il ? Quelles sont aujourd’hui les aspirations actuelles du peuple tunisien ? Comment les gens envisagent-ils l’avenir ?

  • Tout dépend de la période. Au début, dans les deux ou trois jours après la chute, il était surtout question de la corruption, et des partis politiques et des individus qui allaient prendre en charge la situation, prendre le pouvoir. Maintenant, les gens s’interrogent sur la poursuite du mouvement. Des gens disent : puisque le gouvernement est toujours en place, quatre ministres font partie de l’ancien régime, il faut que les manifestations continuent, jusqu’à leur départ. D’autres pensent que derrière ce mouvement il y a des partis qui sont en train d’usurper le mouvement pour leurs intérêts propres et ils se questionnent à propos du nombre étrangement important de formation politique, se demandent quand est-ce qu’ils se sont constitués, etc. D’ailleurs pour eux c’est une découverte : c’est la première fois qu’ils entendent parler d’organisations politiques. Il s’est alors avéré que la population ne connaissait pas ces formations politiques, ni aucune, d’ailleurs : pour eux c’était les deux ou trois qui étaient au pouvoir, point. Par exemple, certains veulent que la vie normale reprenne, que rouvre les lycées, les écoles primaires, ils craignent l’avenir. Il y a en a qui craignent que l’armée prenne les choses en main si le mouvement se poursuit.

De toutes façons, quelques soient les divergences, les gens sont d’accord sur une chose : on a chassé un dictateur, une famille corrompue, un régime totalitaire, c’est au mouvement de s’exprimer et il ne faut plus avoir peur. Et c’est le plus important. Les petites divergences sur l’appréciation de la situation actuelle, ça peut se comprendre. Mais de toutes façon, tout le monde est d’accord : fini la peur, fini la répression, fini le parti unique, le reste est secondaire.

  • Dès les premiers jours après la fuite du dictateur, le pouvoir en place - qui n’a guère changé - a joué la carte de la peur. Il y a des couches de la petites bourgeoisie ou en général des classe moyennes qui veulent avec insistance qu’on revienne à la normale : Il faut que l’appareil productif reprenne ses activités, que nos enfants retournent à leurs classe, etc. et que donc tout ça doit finir le plus tôt possible. De l’autre côté, il y a ce qui se passe : les marches, les manifestations, les revendications, qui sont quotidiennes.

Il y a donc deux composantes : le mouvement populaire spontané qui veut faire valoir leurs droits et leurs revendications. De l’autre cote, il y a les formations politiques petites bourgeoises qui veulent confisquer et récupérer le mouvement, pour servir leurs intérêts privés et on pourrait dire sectaires – car c’est vraiment un comportement sectaire.

Avant d’aborder les petites manœuvres politiques, quelques questions sur le processus insurrectionnel. Vous connaissez la France et l’émiettement social qui la ravage : il y a en Tunisie comme dans tous les pays qui n’ont pas été complètement ravagés par le repli sur soi, l’égoïsme et l’indifférence, une vie sociale dense et un peuple vivant et réactif digne de ce nom : en quoi cela a joué dans le mouvement ? Quels sont les réflexes populaires maintenus qui ont aidé à l’insurrection ?

  • Bien sûr ça a joué. Ces relations ont joué dans les petites villes et les villages, parce plus la ville est grande, moins il y a de relations, plus elles sont lâches. Dans les patelins, les gens se connaissent, tous. C’est la même chose en France, dans les milieux ruraux. C’est donc toute une conception de l’urbanisme qui est à méditer et à revoir, tout un aménagement du territoire. C’est un sujet énorme mais capital dans le projet d’une société authentiquement démocratique. C’est donc les rapports de voisinages, les liens familiaux, les connaissances qui ont joué, il n’y a pas de spécificité culturelle qui ferait qu’on serait héréditairement conçu pour faire des révolutions... D’ailleurs, on disait que les tunisiens étaient un peuple de peureux : il s’est avéré que c’était absolument faux. Ils ont affrontés une répression avec un courage exemplaire.

L’absence totale de leaders lors de l’insurrection puis la mise en place de comités de quartiers et la grande défiance de la population vis-à-vis des bureaucraties politiques ne rendent-elles pas la situation favorable à la propagation de vos idées et pratiques de démocratie directe ?

  • Ce qui est paradoxal c’est que les staliniens d’ici appellent les gens, dans leurs tracts, à se constituer en conseils populaires : c’est complètement en contradiction avec leurs discours et leur idéologie. Ce sont des loups : ils peuvent aider à ce que se constitue de tels comités, mais pour se les accaparer ensuite à leur profit : on l’a déjà vu dans l’histoire... Mais de toute façon, ils n’ont pas la possibilité de le faire, ni la clairvoyance nécessaire. En tous cas, d’ici un mois, les choses vont les clarifier : l’idée centrale qui émane de la population, c’est que ce soulèvement est le nôtre et on ne veut pas qu’il soit récupéré par les partis. Déjà c’est un acquis important. Quant à la récupération, tout le monde est contre, qu’elle vienne du pouvoir ou des opposants. Pour nous, ces positions vont dans le sens d’une démocratie directe, en tous cas, ce sont les prémisses. Nous allons continuer à oeuvrer en ce sens en tout cas.

Justement quelles perspectives vous donnez-vous aujourd’hui ? Le soulèvement commencé à la mi-décembre ouvre effectivement une période d’incertitude, et d’opportunités : où en sont la population d’un côté et les bureaucraties politiques de l’autre ? Pensez-vous que l’insurrection est finie ou n’est-elle qu’un commencement ?

  • Il y a plusieurs manières de voir les choses, c’est une question de jugement politique. Pour nous, nous assistons pratiquement à la fin du mouvement, du moins sur le plan général, national – c’est différent dans les régions. Il y a donc deux façons de voir les choses. Il y a d’abord celle des gauchistes, les nationalistes arabes et tous les soi-disant opposants - il y a aujourd’hui 26 formations politiques ! Pour eux, il faut continuer le mouvement jusqu’à la fin pour s’accaparer le pouvoir. Pour nous, c’est du grand n’importe quoi. Ce qu’on peut faire maintenant, c’est continuer la révolution mais pas sous les formes de manifestations, d’émeutes, etc, mais sous la forme de luttes partout ou c’est possible, dans les entreprises, dans les administrations, etc. Donc, en fin de compte, ce qu’elle a donné, cette « révolution », c’est que les gens n’ont plus peur de s’exprimer, et non pas seulement dans les journaux, sur internet, mais surtout sur les lieux de travail, là où ils sont. Il n’y a plus de peur. Donc sur ce plan-là, on a dépassé un stade, on a fait un saut qualitatif sur le plan politique. Mais il ne faut pas avoir l’illusion que le mouvement va continuer dans le sens d’une révolution sociale avec prise de pouvoir : c’est de l’aventurisme, de l’infantilisme et c’est ce qui est en train de se passer maintenant, sous la pression des mouvements staliniens, nationalistes arabes, baasistes, etc. parce que pour eux c’est une occasion qui ne va pas se représenter dans l’avenir, donc ils profitent de l’occasion pour pousser les jeunes, tenter de mobiliser les masses, et les instrumentaliser à cette fin. Mais nous pensons que cela va déboucher sur des résultats contraires à leurs intentions...

Comme en France les « responsables politiques » ne visent qu’à faire partie de l’oligarchie , des dominants, qui n’agissent plus que pour leurs propres intérêts. Pensez-vous que le soulèvement puisse donner naissance à des structures populaires autonomes avant que les cliques politiciennes ne confisque les affaires du peuple ?

  • La récupération a déjà commencé. Nous assistons à une récupération opérée non seulement par les forces traditionnelles mais aussi par les formations de l’opposition - plus exactement ils veulent carrément avoir leur part du gâteau, du butin. C’est ce processus-là qui se déroule actuellement sous nos yeux. En ce qui concerne la conquête de la liberté, c’est le seul acquis véritable, dans la mesure où tout le monde s’exprime librement, sans rien craindre, de telle sorte que la principale artère de Tunis, l’avenue Bourghuiba, est devenue un énorme espace de discussion : on y voit partout des gens qui discutent, qui débattent ou qui manifestent... Il y a des manifestations tous les deux-trois heures, maintenant. C’est donc un mouvement démocratique, dans la mesure où même la satisfaction des revendications sociales font partie des droits démocratiques. Il y a donc des manifestations devant les administrations, les sociétés, les sièges de compagnie, il y a des pétitions, des occupation de locaux, des lieux de travail, pour exiger la satisfaction de revendications qui datent d’une vingtaine d’années. C’est un peu comparable à des grèves sauvages, c’est en tout cas les prémisses de grèves sauvages.

D’autre part, un autre acquis, c’est la constitution de comités de quartiers. Ces structures-là sont totalement spontanées. Devant tout le monde et officiellement, elles ont été constituée pour épauler les forces de l’ordre, pour le maintien de l’ordre : cela c’est la terminologie officielle. En fait, dans la pratique, ces comités ont permis aux gens de décompresser, de se défouler, de discuter, toutes les nuits et ont ainsi, de fait, bravé le couvre-feu gouvernemental. Et puis cela confirme la tendance générale qu’on peut résumer ainsi : dès que les masses commencent à prendre leur destinées en main, à réfléchir, elles constituent des structures, des comités, des conseils, des soviets - qu’importent les dénominations - des chouras comme en Iran. Et ça s’est passé partout : lors des grèves en 1946 an Caire, en Iran en 1978 et actuellement en Tunisie. Ce qui constitue un pas supplémentaire vers le pouvoir populaire et les soviets. Il faut absolument souligner cette dimension-là.

Précisément, cette formation de groupes de défense dans les quartiers contre les pillards et les milices de Ben Ali n’ont qu’une fonction d’auto-défense aujourd’hui. Pourraient-il vraiment constituer les germes d’une démocratie directe face aux pouvoirs oligarchiques qui ne manqueront pas de sortir des prochaines élections ? Quel peut être leur avenir si la sécurité se rétablit ?

  • En fait, les comités de quartier sont finis, pratiquement. Les militaires nous ont dit : regagner vos maisons, on n’a plus besoin de vous, vous avez joué un rôle pendant une période, finito... Mais on a noué des relations avec les voisins. Avant les gens ne se disaient même plus bonjour. Ils font connaissance, maintenant, ils discutent, se connaissent : il y a un mouvement d’entraide, de soutien mutuel, qui n’existait pas avant. On a même nourri les soldats lors de la fraternisation, avec les couscous, la chorba, etc.

Il n’y a donc plus d’auto-organisation populaire parallèlement à la rupture profonde entre le peuple et les bureaucraties politiques tunisiennes. Ne craignez-vous pas que, comme en France, cela se transforme finalement en un refus viscéral de toute organisation, voire de tout discours un peu général ?

  • Non. Les gens ne sont pas contre le principe de l’organisation : ils s’organisent tout seuls, eux-mêmes. Ils disent : qui sont ces gens-là qui viennent nous parler à la télévision, nous donner des leçons, nous parler de révolution ? Tout le monde ici est devenu révolutionnaire : on a pas besoin de révolutionnaires professionnels. C’est vraiment ça. Quand les gens disent : on ne veut pas de partis, qu’est-ce que c’est que tous ces partis et ces gens nouveaux tous les jours qui viennent nous parler avec leurs lunettes à la télévision pour confisquer notre révolution ? Les gens sont contre tous ces partis et c’est un acquis ! Les gens veulent contrôler eux-mêmes leur avenir.

Il y a eu cette fraternisation, ces discussions, qui sont l’essence même du processus insurrectionnel, mais les divisions au sein de la société tunisienne sont très importantes : entre classes sociales, entre hommes et femmes, entre régions pauvres et les autres, entre quartiers populaires ou bourgeois, entre milieux urbains ou rural...

  • Bien sûr. Par exemple, pour reprendre les questions brûlantes, il y a toujours ces régions de l’intérieur du pays qui se sentent toujours un peu délaissées par rapport aux régions côtières et c’est normal car la bourgeoisie ne veut pas investir dans ces régions peu rentables en terme de profit. Il y a donc de forts déséquilibres régionaux. La réponse des gauchistes est qu’il faut investir, créer des entreprises, développer les régions : c’est une réponse essentiellement productiviste. L’UGTT (Union Générale des Travailleurs Tunisiens) prépare un programme dont l’unique objectif est de générer une croissance économique. Ce serait la solution, pour eux. Comme au temps de la collectivisation, l’UGTT se considère comme un parti qui collabore à la gestion du pays. Notre conception est tout à fait différente : il faudrait revoir les choix technologiques, agricoles, sociaux, etc. Il faudrait un système basé sur l’entraide : ce n’est pas parce qu’une région produit beaucoup qu’elle doit tout accaparer. Il faut redistribuer pour que tout le monde profite des richesses nationales. On demande donc une distribution équitable entre individus mais aussi entre régions. Par exemple Sidi Bouzid, la ville d’où tout est parti, produit 17% des fruits et légumes de Tunisie et pourtant même les gens de là-bas n’en profitent pas.

Alors il y a ces injustices énormes qui demeurent et en même temps un mouvement profond qui traverse toute la société et tout le pays. Quelles sont les revendications qui sont avancées précisément, dans toutes ces luttes ?

  • Les revendications sont multiples. Il y a en Tunisie beaucoup d’ouvriers qui n’ont pas de statut, des journaliers, mal payés. Et c’est ainsi dans la plupart des branches, les PME font beaucoup de sous-traitance pour les grandes entreprises européennes. Donc les conditions de travail sont vraiment lamentables. On a par exemple cette loi d’avril 1972, instauré par Hedi N. l’ancien premier ministre de l’époque, qui permet aux entreprises étrangères d’ouvrir des boîtes ici avec exemption d’impôts pendant 5 ans avec une production destinée à l’exportation. Elles bénéficient pratiquement de la protection de l’état, de la gratuité des infrastructures de bases, par exemple, sous couvert de lutte contre le chômage - et il n’y a bien entendu ni syndicats ni rien du tout malgré des salaires de misère.

Et il y a d’autre part des revendications d’ordre plus politique. Dans les entreprises, les administrations, il y a la corruption, le piston, le favoritisme : il y a tout un mouvement aujourd’hui contre toutes ces pratiques, cette mentalité. Il y a même les policiers qui se sont mobilisées pour de meilleures conditions de travail, par exemple, mais il y a surtout les travailleurs dans les aéroports, les salariés municipaux, les infirmiers, les ouvriers de la voirie, etc. Pour les médecins, par exemple, un secteur que je connais, il y a une pétition qui a circulé pour dire que, dorénavant, les soignants et les internes n’acceptaient plus d’être malmené par les grands chefs de services : ils veulent la fin du mandarinat. Il y a donc des revendications d’ordre purement économiques, mais aussi une dimension plus politique, qui réclame la démocratie dans tous les établissements. Et c’est le plus important : si on veut profiter des acquis de ce soulèvement, il faut continuer dans ce sens-là, travailler à ça.

Oui, mais parallèlement, il y a un processus électoral en cours pour établir un gouvernement élu. Que peut-il en sortir ? Verra-t-on émerger autre chose qu’un petit jeu d’oligarques obsédés par le pouvoir comme le connaissent tous les pays où règnent une oligarchie libérale appelée « démocratie représentative » ?

  • Il y a bien sûr cette autre voie, qui a été choisie par d’autres : continuer les manifestations, pousser le système à bout, parce qu’ils pensent qu’ils ont les forces suffisantes pour faire tomber ce gouvernement-là. Bien sûr, ils peuvent avoir raison. Ils sont encadrés par l’UGTT et cet organisme-là a une spécificité en Tunisie : il a toujours eu un rôle politique primordial dans le pays : par exemple l’expérience de collectivisation des années 60 en Tunisie. Le programme collectiviste, c’était le projet de l’UGTT. Elle a soutenu par la suite, à partir des années 70 la montée du capitalisme sauvage, ce qu’on appelle la « démocratie libérale ». Donc l’UGTT a toujours été un appui pour le gouvernement. Comme le soulèvement a largement dépassé tous les cadres des partis, syndicats, etc. depuis sa naissance, l’UGTT fait maintenant semblant de l’épouser, elle prend le train en marche et récupère toutes les organisations politiques d’opposition. Par exemple, tous les partis d’opposition se réunissent aujourd’hui au siège de l’UGTT. Elle a évidemment présenté trois ministres pour le prochain gouvernement, et puis s’est retirée. Pourquoi ? Parce que toutes les formations politiques, gauchistes, nationalistes arabe, etc. essentiellement petite-bourgeoises, s’étant mises sous le patronage de l’UGTT, celle-ci est devenue la force politique principale du pays. Donc elle n’est plus simplement un syndicat, mais elle est pratiquement devenue un gouvernement dans le gouvernement. Ce front commun est en train de faire des tractations pour aboutir à un gouvernement où tout ces mouvements-là, donc les 25, seraient présents - et ça c’est impossible. On va donc au-devant de grands affrontements politiciens pour les places au pouvoir...
  • L’UGTT, l’équivalent de la CGT en France, a été fondée en 1946 et a toujours été une force politique. Je dirai même un parti politique et une composante de la machine politique de la bourgeoisie tunisienne. Depuis sa création elle a participé activement à la lutte de libération nationale et la dimension revendicative a toujours été escamotée. Ce qui a prévalu a été l’aspect lutte de libération nationale et même la lutte armée à partir de 1952. On peut dire que le soulèvement qui se passe maintenant est comparable à celui de 52, qui a abouti à la création de formations de partisans qui ont pris le maquis et qui ont lutté contre les forces colonialistes les armes à la main, avant même le déclenchement de l’insurrection algérienne en 54. Donc il y avait un soulèvement populaire de masse en 52 et l’histoire a fait que le deuxième soulèvement depuis cette date est décembre-janvier 2011. Ces événements ne se produisant pas tous les jours...

D’autre part, l’armée a joué un rôle très important dès le début en apparaissant comme une force de non-collaboration - un général ayant été limogé pour avoir refusé de tirer sur la foule dès les premières manifestations – et à la fin pour maintenir un semblant d’ordre : qu’en est-il exactement ? Et n’y a-t-il pas là un danger d’une mainmise militaire sur l’évolution de la situation ?

  • Il faut dire que Ben Ali a tout fait, dès le début, pour limiter le rôle des militaires : il est lui-même d’origine militaire et sait donc très bien le danger que l’armée pouvait représenter pour son pouvoir. Par contre, il a consolidé l’appareil répressif du ministère de l’intérieur : il a aujourd’hui 50.000 soldats mais 220.000 policiers... Alors les militaires n’ont pas voulu intervenir dès le début pour limiter les dégâts. Mais par la suite, pendant 24 h, on a eu une anarchie totale provoquée par l’absence des policiers, avec l’intervention de l’ancien responsable du ministère de l’intérieur nommé par Ben ali. Là-dessus les militaires sont intervenus, mais juste pour rétablir l’ordre. Pour l’avenir, leur intervention n’est possible que si la situation empire et surtout que si les manifestations se poursuivent de la même manière, ce qui est probable, et cela se fera bien entendu avec l’aval du ministère de l’intérieur, qui est en pleine restructuration. Le gouvernement va faire des concessions dans l’avenir : si le mouvement se poursuit de la sorte, l’armée interviendra directement car la bourgeoisie ne tolérera jamais une telle situation. Elle fait déjà appel à tous ses ténors à la télé, qui se remet à désinformer aujourd’hui et joue un grand rôle dans la récupération par la bourgeoisie. Objectivement il y a des formations politiques soi-disant révolutionnaires qui, à la fois, poussent le mouvement vers une soi-disant radicalisation et, en même temps, sont invités sur les chaînes de télévisions et assurent leur avenir personnel.
  • On peut dire que l’institution militaire est partie prenante dans ce qui s’est passé, dans le soulèvement, même indirectement. Car cette institution a refusée de tirer sur les masses et a exercée une pression sur le dictateur pour qu’il fasse ses bagages et qu’il parte. Ça c’est clair. Maintenant, l’institution militaire est politisée et intervient directement dans le champ politique et social.

On sait que la population tunisienne est une des plus laïque du monde mais que la religion est un refuge face à la perte de sens du monde actuel. Comme dans tous les pays arabo-musulmans, les islamistes conquièrent peu à peu la rue, laissant le pouvoir aux États policiers ou militaires. Les islamistes tunisiens ont payé un lourd tribut durant le règne de Ben Ali, qui fondait sa légitimité auprès de l’occident sur cette répression féroce, mais ils ont été invisibles durant ce soulèvement, exactement comme le Front National en France lors des mouvements sociaux. Ont-ils participé à l’insurrection et comment la voient-ils ? Quelles sont l’état de leur force aujourd’hui, leurs intentions et quelles sont leurs capacités de nuisance dans un avenir prévisible ?

  • Nous pensons qu’ils sont très dangereux. Ils ont été absents du soulèvement, sauf le dernier jour où ils ont tenté une manoeuvre de récupération, à travers l’instrumentalisation des martyrs, mais sans succès. Leur tactique aujourd’hui est de participer mais de manière invisible. Dans les faits, ils ont infiltrés plusieurs quartiers populaires de Tunis. Le leader du parti Ennahdha intégriste va regagner Tunis et il pense restructurer le courant pour laisser la place aux nouvelles générations. Ils ont donc un agenda secret : ils ne se présentent pas immédiatement mais se préparent pour les prochaines élections. Ils sont là, ils sont prêts. Quand les autres seront essoufflés, ils vont monter à l’assaut. D’autant plus qu’on sent que Khadafi s’allie avec eux : c’est une magouille, évidemment, il n’est pas intégriste, mais il pratique la politique de la terre brûlée car il a très peur pour son pouvoir : le résultat de ce soulèvement tunisien est qu’il a une ampleur internationale et il est le premier à craindre que l’exemple chez nous soit suivi chez lui. Il y a déjà des petites manifestations en Libye et il a limogé quelques officiers de l’armée - soi-disant pour corruption... Alors il est terriblement gêné : la meilleur chose à faire pour lui est donc de créer l’anarchie, le chaos, et pour ça il faut qu’il soutienne les frères musulmans. D’ailleurs Ghannouchi, le leader des intégristes tunisiens, a déclaré qu’il apprécie la position de Khadafi, qui était contre le mouvement depuis le départ. Nous pensons donc qu’il y a une alliance objective entre le gouvernement libyen et les intégristes, et que c’est un grand danger.

Ce qui soulage un peu, c’est que la nouvelle génération, disons les 15–25 ans, n’a pas vécue la montée de l’islamisme des années 80, donc elle est quand même un peu vaccinée contre l’intégrisme, même si rien n’est certain. On sent d’ailleurs que les gens, dans les comités de quartiers, ont déjà peur de l’arrivée de l’intégrisme, de l’arrivée de Ghannouchi. Et cette même génération n’a pas vécue non plus les ravages de la montée du gauchisme. C’est donc, en quelque sorte une génération vierge de ces idéologies-là, elle n’a pas été contaminée.

Bon, tout cela n’empêche que les intégristes veulent reprendre les choses en mains, même si c’est pas pour demain. Il faut donc rester très vigilant. D’autant plus que les gauchistes sont en train de faire des alliances avec ces gens-là, et ça c’est le plus dangereux. Par exemple, lors la réunion de tout les partis qui a eu lieu récemment, il y a eu aussi des représentants des intégristes : on a donc dans la même salle des trotskystes, des staliniens, des islamistes, etc. C’est vraiment incompréhensible pour nous, des gens qui s’allient de la sorte.... C’est comme chez vous : vous vous avez les islamo-gauchistes, nous on a aussi ces alliances, mais avec toutes les nuances, les degrés différents d’un groupe à un autre. De toutes les façons, d’ici dix ans ils ne représenteront pas un danger. C’est une menace évidente et lourde, mais pas immédiate.

Les gouvernements français successifs ont toujours été d’un soutien sans faille pour le régime monstrueux de Ben Ali et sa mise à sac du pays. Lors des événements le quai d’Orsay a été d’une complicité à peu près totale et aujourd’hui il est d’une nullité consternante…

  • La France a été dépassé par les américains. Alors même qu’Alliot-Marie préparait ses caisses de tonfas à destination de Tunis, les Etats-Unis préparaient l’éviction de Ben Ali avec l’aide de l’armée tunisienne... Les bombes lacrymogènes sont finalement restées à l’aéroport, mais on voit quand même que la diplomatie américaine est plus fine... Il n’y avait pas d’accord entre les deux puissances, alors ce sont les américains qui ont décidé seuls de sacrifier ce pauvre Ben Ali... La révolution tunisienne, laïque, spontanée, fraternelle et déterminée est un espoir éclatant mais fragile pour tout le maghreb et le monde arabe. Certains espèrent en un effondrement général comme celui qui a sapé l’empire soviétique, il y a vingt ans. Les dictatures environnantes ne risquent-ils pas de toute tenter pour étouffer dans l’oeuf ce mouvement d’émancipation ? Comment la Tunisie pourrait-elle se dégager de tous les chantages internationaux, que le FMI en premier lieu excelle à pratiquer ?
  • Quand on discute avec certains gauchistes, ici, on leur dit qu’il faut toujours analyser le mouvement dans son contexte régional, national, international et aussi géopolitique. On sait très bien que même si on était dans une situation révolutionnaire, comme ils le croient, le capitalisme mondial empêcherait tout changement radical. Donc il faut voir les choses avec leurs limites et travailler sur le long terme, en renforçant les acquis qui sont les nôtres aujourd’hui, etc.. Les événements en Égypte témoignent de l’influence de l’insurrection ici, qui a des échos comme en Algérie où c’est plus limité ou même en Albanie, notre petite sœur cadette... Et pourquoi pas de là à l’Italie, on ne peut pas savoir...
  • De toute façon, il faut travailler sur le fond, en maintenant nos positions. Il y a encore beaucoup de choses à faire.

Et un document publié par la CGT andalouse mais dont nous ne savons pas si il correspond à une réalité sur le terrain ou si c’est juste un manifeste écrit par quelques personnes.

2. APPEL A LA CONSTITUTION DU FRONT DE LIBÉRATION POPULAIRE DE LA TUNISIE (18 janvier 2011)

Le peuple tunisien s’est enfin libéré du joug oppressant de la peur, du silence, et de la soumission. Grâce à sa prise de conscience collective, grâce à ses sacrifices, grâce à sa détermination à lutter contre tout ce qui entrave son mouvement de libération, le peuple tunisien, par ses actes héroïques, donne la réplique aux vers de son poète Chebbi :
« Si le peuple aspire à la Vie
Force au Destin d’y répondre
Force à la Nuit de se dissiper
Et Force aux chaînes de se briser »
Le peuple a réussi à briser ses chaînes, de par sa volonté de vivre dans la dignité et de recouvrer ses droits et ses libertés. Il a réussi à renverser le dictateur. Son combat, pour renverser la dictature, continue. La voix du peuple tunisien crie, aujourd’hui, à l’unisson : TUNISIE LIBRE, À BAS LE RCD

Nous, ensemble de jeunes citoyens tunisiens, indépendants, sans aucune appartenance politique, libres, progressistes et déterminés à nous engager dans la lutte de notre peuple, sans cesse et sans répit, conscients que nous avons aujourd’hui le devoir de mettre toutes nos énergies et nos compétences au service de notre pays afin que toutes les revendications légitimes de notre peuple soient satisfaites et que se concrétise son rêve révolutionnaire de bâtir une Tunisie libre, juste et démocratique, qui lui ressemble,

Appelons à la constitution du Front de Libération Populaire de la Tunisie. Le Comité de constitution du FLPT propose les revendications suivantes : Nous appelons à continuer la création de comités populaires sur tout le territoire tunisien et à l’étranger, et à leur coordination, afin d’organiser la lutte du peuple, et d’aboutir à son droit légitime : accéder au pouvoir. Nous appelons à la sécurisation de tous les quartiers du pays par ces mêmes comités, en coordination avec l’armée nationale.
Nous appelons l’armée nationale à faire preuve de transparence afin de conforter la confiance du peuple en elle, et de mettre fin à l’état de psychose et de paranoïa qui règne parmi nous.
Nous appelons la communauté internationale et les ONG internationales à fournir, dans les plus brefs délais, l’aide humanitaire nécessaire directement aux ONG et syndicats tunisiens.
Nous exigeons la dissolution immédiate du RCD et la démission de tous les responsables RCD de tous les postes politiques de l’État.
Nous exigeons la nationalisation immédiate des biens du RCD, du clan de Ben Ali, et des réseaux mafieux.
Nous appelons les gouvernements étrangers à geler les fonds du RCD, du clan de Ben Ali, et des réseaux mafieux et de ne les mettre à la disposition de la Tunisie qu’après le jugement de tous les responsables dans un procès équitable et devant une cour indépendante, et qu’après la tenue d’élections libres, démocratiques et transparentes.
Nous appelons tous les militants syndicalistes à assurer la gestion de toutes les institutions étatiques jusqu’à l’adoption de la nouvelle Constitution tunisienne.
Nous exigeons la dissolution immédiate de la police politique.
Nous appelons à l’assainissement de l’appareil sécuritaire.
Nous exigeons la réhabilitation de tous les prisonniers, et ex-prisonniers d’opinion, ainsi qu’exilés et réfugiés politiques.
Nous exigeons que les instances judicaires qui prendront place dans le nouvel Etat tunisien libre et populaire aient comme priorité de juger tous les responsables des actes criminels et frauduleux qui ont été commis contre les citoyens tunisiens.
Toutes ces revendications ne sont qu’UNE formulation des exigences et aspirations du peuple tunisien.
Elles constituent une plateforme de propositions, ouverte à toutes les autres.

NOTRE OBJECTIF :

Assurer de réelles garanties contre toute tentative de récupération, de manipulation et de détournement du mouvement de libération populaire, et ce
1. par l’assainissement et la consolidation de la Magistrature, du Barreau et de l’Armée Nationale afin d’être l’appareil garantissant la neutralité, la justice, la légalité et la sécurité,
2. par la composition d’un gouvernement populaire de transition réelle 3. par l’adoption par référendum d’une nouvelle Constitution tunisienne qui garantisse un vivre ensemble serein, solidaire et respectueux des différences, une société ouverte où tous les citoyens puissent s’épanouir, jouir de toutes leur libertés, vivre dans la dignité, dans un réel Etat de droit et d’institutions progressiste.

POUR REJOINDRE LE FRONT

A fin de préserver la neutralité et l’intégrité du FLPT, nous demandons à chaque citoyen désirant se joindre à ce mouvement de résistance permanente de :
Partager les valeurs, les principes et les revendications du FLPT
N’appartenir à aucun parti politique.
Ne se présenter à aucune élection.
Adopter toute forme d’expression, de revendication et d’action légitimes dans notre lutte à condition qu’elles ne manifestent aucune agression physique et matérielle.
Nous appelons tous les citoyens tunisiens et citoyens du monde, libres, indépendants et progressistes à se mobiliser pour la constitution du Front de Libération Populaire de la Tunisie, par la formation d’un réseau participatif (sur le terrain et sur internet) de groupes d’action, de réflexion, et de critique partout dans le territoire tunisien et à l’étranger, de contribuer à la médiatisation continue des différentes actions et projets du Front, afin de concrétiser le projet révolutionnaire du peuple tunisien.

UNE FOIS LE PEUPLE AU POUVOIR, LE FRONT SERA DISSOUT.

Annexe : Le comité
Un comité populaire révolutionnaire est une formation spontanée qui se constitue naturellement en rapport aux exigences d’une situation révolutionnaire populaire.
C’est un groupe de citoyens de compétences variées qui tend à s’auto-organiser et à développer ses propres forces et les individus les plus aptes à représenter l’ensemble de leur entourage et les plus qualifiés pour répondre aux revendications et aux exigences des différents membres du comité et du peuple.
Au-delà de toute hiérarchie, les comités s’organisent en réseau participatif et autogèrent leurs actions. La coordination entre les différents comités assure un acheminement commun vers l’aboutissement du projet politique populaire : le pouvoir au peuple.
Ces comités peuvent s’organiser par quartier, par région et par secteurs (étudiants, avocats, médecins, travailleurs, artistes, enseignants…), aussi bien en Tunisie qu’à l’étranger.
D’un point de vue pratique, nous appelons à :
La formation de comités et l’élection d’un coordinateur au sein de chaque comité.
L’occupation et l’utilisation des locaux étatiques du RCD pour l’ensemble des réunions et des actions des comités qui en ont besoin.
La détention des archives dans les municipalités, les préfectures, les communes, ministères, les institutions étatiques et autres avant leur totale destruction.
Le développement de motions en ce qui concerne les revendications citoyennes dans les divers domaines et cela en rapport avec les compétences de chaque comité.
L’organisation et la coordination des différentes actions entre les différents comités : rassemblements, manifestations, publications, assemblées générales et des différentes actions activistes et cyber activistes.
La promotion des activités des différents comités et ralliement des forces populaires.

2 Messages de forum

  • Les Comités Syndicalistes Révolutionnaires de France s’adressent à leurs camarades syndicalistes tunisiens

    Chers camarades

    Si aujourd’hui, nous prenons l’initiative de nous adresser à nos camarades tunisiens, ce n’est nullement pour leur donner des leçons. Nous entreprenons cette démarche car, pendant des décennies, nos militants ont lutté dans les mêmes organisations, la CGT, la CGTU puis la CGTT.

    Dès la création du syndicalisme en Tunisie, et jusqu’à l’indépendance de 1956, le courant syndicaliste révolutionnaire a été le plus actif dans sa participation à la lutte des travailleurs tunisiens pour leur émancipation intégrale. Actuellement, en France, nous militons aux côtés de nos camarades immigrés tunisiens dans la construction, le nettoyage,…Et demain nous devrons renforcer nos liens pour nous coordonner face aux dirigeants des multinationales françaises, puissamment implantés en Tunisie.

    Les syndicalistes tunisiens sont engagés dans une bataille fondamentale qui ne fait que commencer. La chute du régime RCD ne signifie pas pour autant la fin de la domination capitaliste. Les syndicats de l’UGTT vont devoir se positionner et adopter une stratégie qui leur permettent de construire un contre-pouvoir face au nouveau gouvernement capitaliste tunisien. Ils vont devoir avancer en s’inspirant de leur expérience mais aussi en utilisant les expériences et les échecs que d’autres mouvements ouvriers ont accumulé ailleurs dans le monde.

    C’est pour nous enrichir mutuellement que nous nous adressons à vous. Nous sommes vivement intéressés pour établir des contacts directs et apprendre. Vos premières victoires doivent être analysées afin d’en dégager leurs apports stratégiques. Nous nous permettons également de vous faire connaître nos expériences.

    Depuis 30 ans nos expériences sont surtout faites d’échecs qui doivent être autant d’enseignements. Dans les années 1945-1954, le mouvement syndical tunisien a su développer une stratégie offensive et autonome. Mais cette autonomie n’a pas été construite en pleine cohérence. L’UGTT a finalement cru qu’elle pouvait faire pression sur le néo-Destour de Bourguiba, qu’elle pouvait s’appuyer sur le nouvel Etat tunisien pour faire aboutir l’émancipation des travailleurs. Le mouvement ouvrier français a commis les mêmes erreurs à de nombreuses reprises dans son histoire.

    Pourtant, tout comme l’UGTT, la CGT française se revendiquait de la Charte d’Amiens, de l’autonomie politique du mouvement syndical. Mais ce programme a finalement été abandonné par nos deux organisations et nous nous sommes inféodés à des politiciens. Le capitalisme continue donc de régner dans nos deux pays. Nous subissons la domination de la même bourgeoisie, ce que explique le soutien apporté par le patronat français et les partis politiques français à la dictature du RCD.

    Si, dans ces heures déterminantes, nous pouvons donner un conseil à nos camarades tunisiens, c’est de reprendre le programme originel de l’UGTT et de lui donner une totale cohérence.

    Face au nouvel état capitaliste, le mouvement syndical doit se constituer en contre-pouvoir, et ne pas rejoindre un quelconque gouvernement bourgeois. Un contre-pouvoir qui accumule des forces en syndiquant massivement et partout. Un contre-pouvoir qui organise les travailleurs pour prendre le contrôle des entreprises et des services, comme cela est déjà le cas dans certains secteurs.

    En France, nous avons subi plusieurs expériences de « gouvernements de gauche ». Ces gouvernements ne se sont jamais attaqués au pouvoir des capitalistes. Au contraire, ils ont servi de manœuvre contre-révolutionnaire, d’outil pour démobiliser les travailleurs. L’Etat est demeuré capitaliste et a continué de servir la même classe sociale.

    C’est cette expérience que nous transmettons à nos camarades tunisiens. Le droit de vote appliqué de longue date en France, n’a jamais permis au travailleurs d’obtenir leur émancipation. Le combat central ne se mène pas sur le terrain institutionnel.

    Le Socialisme ne peut se construire qu’avec une dynamique de gestion des entreprises et des services par les travailleurs eux mêmes. La confédération syndicale est le seul outil capable de mener à bien cette perspective. Les Fédérations Syndicales doivent gérer les branches professionnelles en s’appuyant sur des syndicats professionnels locaux (Textile, Chimie, Education, Santé,…). Les Unions Locales et Départementales de Syndicats doivent gérer la production locale et la répartition des marchandises et des services. Dans le Socialisme,il n’y a nul besoin d’une couche bureaucratique, qui gère au nom des travailleurs. Ce sont les syndicats qui doivent gérer démocratiquement grâce à des assemblées générales de syndiqués. C’est le programme politique figurant dans la Charte d’Amiens.

    Ce programme qui fut celui de la CGTT et de la CGT, vous pouvez commencer à l’appliquer en Tunisie. Vous avez la légitimité et la force pour le faire.

    Cette dynamique révolutionnaire ne peut aboutir que si elle dépasse les frontières, que si elle reçoit le soutien des organisations syndicales d’autres pays. C’est ce que nous vous proposons de faire aujourd’hui en transmettant aux travailleurs français et aux immigrés tunisiens l’écho de vos combats. Organisons nous ensemble dans les multinationales pour détruire le pouvoir de nos exploiteurs, car sinon la dictature continuera de régner dans les entreprises.

    Votre combat est aussi le notre.

    Avancez en construisant votre propre pouvoir de classe.

    Salutations syndicalistes, fraternelles et internationalistes

    Le secrétariat des CSR

    L’histoire de nos combats communs

    Le mouvement ouvrier tunisien est profondément influencé par le courant syndicaliste révolutionnaire. Mais cette histoire n’a jamais été écrite car elle dérangeait la dictature et les partis politiques qui parlent au nom des travailleurs.

    En Tunisie, cette tendance naît chez les travailleurs immigrés (entre autre Italiens) mais elle va rapidement s’étendre au prolétariat arabe. Dès le début du XXème siècle, des syndicats CGT, semi illégaux, organisent les travailleurs tunisiens et se proclament « internationalistes ». En 1905, c’est un travailleur arabe qui ouvre le cortège du premier mai, portant un drapeau rouge.

    La CGT de Tunisie (Bourse du Travail de Tunis, Syndicat des Cheminots de Tunis,…) participe au congrès d’Amiens de 1906 où va être adoptée la Charte d’Amiens. Puis la première guerre mondiale va être marquée par la trahison de certains syndicalistes qui soutiennent le militarisme et le colonialisme français. En 1919, les internationalistes de la CGT constituent en France, en Algérie et en Tunisie des Comités Syndicalistes Révolutionnaires.

    L’action des syndicalistes révolutionnaire débouche sur les grèves de 1919 et 1920. Cette tendance diffuse un journal, l’Avenir Social, qui renforce son combat anti-colonialiste. Exclus de la CGT colonialiste, ces militants constituent une CGTU (syndicaliste-révolutionnaire) qui a pour mot d’ordre « la Tunisie aux Tunisiens et la Tunisie aux travailleurs ».

    Les responsables de cette organisation syndicale sont réprimés. Robert Louzon, après 6 mois de prison, est expulsé de Tunisie. Car dès sa création la CGTU défend le mot d’ordre d’indépendance de la Tunisie. La CGTU publie plusieurs quotidiens en arabe, tous interdits, elle lance des campagnes de syndicalisation auprès des travailleurs arabes. Jean Paul Finidori prend la relève. Il est révoqué de son poste de fonctionnaire, ce qui ne l’empêche pas d’organiser de puissantes grèves à Bizerte et à Tunis en 1924 et en janvier 1925.

    Ces militants syndicalistes révolutionnaires choisissent finalement de lancer la création de la CGTT en 1924. Mohamed Ali est élu secrétaire de la nouvelle centrale. La CGTT participe aux actions de l’Internationale Syndicale Rouge, qui regroupe les tendances et confédérations syndicalistes révolutionnaires[1].

    Arrêté en février 1925 avec ses camarades tunisiens, Finidori est condamné à 10 ans de bannissement, tout comme son ami Mohamed Ali, en raison de son combat anti-colonial.

    Finidori et Louzon vont continuer à soutenir le combat de leurs camarades tunisiens en publiant en France régulièrement des articles de soutien dans la revue des syndicalistes révolutionnaires, la Révolution Prolétarienne[2]. Les syndicalistes révolutionnaires tentent de maintenir l’action de la CGTT. C’est le cas des enseignants Charles Boussinot et Maurice Raimbault ainsi que les anciens des Jeunesses Syndicalistes. Mais la CGTT ne pourra survivre à la répression coloniale.

    Cependant l’influence syndicaliste révolutionnaire se maintient au sein de prolétariat tunisien. Dès la création de l’UGTT en 1944-45, Hached et ses camarades se revendiquera régulièrement de la Charte d’Amiens[3]. Cette revendication d’indépendance syndicale permet à l’UGTT d’intervenir comme une force autonome par rapport au Néo-destour. Cependant cette stratégie d’autonomie ouvrière ne sera pas maintenue avec assez de rigueur et de clarté. La centrale syndicale s’associe finalement à la gestion du nouvel Etat au lieu de construire le Socialisme, c’est à dire la gestion ouvrière. La perte de son indépendance politique constituera pour l’UGTT une impasse.

    Malgré cet échec relatif, beaucoup de militants de l’UGTT continueront de défendre l’indépendance syndicale comme une forme de contre-pouvoir. C’est pourquoi les syndicalistes de l’UGTT ont été le fer de lance de la révolte de janvier 2011.

    Malheureusement le syndicalisme révolutionnaire a perdu progressivement de son influence en Tunisie comme en France. Notre courant syndical est en train de se reconstruire en France. Mais il ne peut limiter son combat à un pays car son ennemi, le capitaliste, est international. Comme autrefois les syndicalistes de nos deux pays doivent lutter coude à coude, comme des frères.

    « L’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux mêmes »


    LA CHARTE D’AMIENS

    Le congrès confédéral d’Amiens confirme l’article 2, constitutif de la CGT : "La CGT groupe, en dehors de toute école politique, tous les travailleurs conscients de la lutte à mener pour la disparition du salariat et du patronat...". Le Congrès considère que cette déclaration est une reconnaissance de la lutte de classes qui oppose, sur le terrain économique, les travailleurs en révolte contre toutes les formes d’exploitation et d’oppression, tant matérielle que morale, mises en oeuvre par la classe capitaliste contre la classe ouvrière.

    Le Congrès précise, sur les points suivants, cette affirmation théorique : Dans l’oeuvre revendicatrice quotidienne, le syndicalisme poursuit la coordination des efforts ouvriers, l’accroissement du mieux-être des travailleurs par la réalisation d’améliorations immédiates, telles que la diminution des heures de travail, l’augmentation des salaires, etc. Mais cette besogne n’est qu’un côté de l’oeuvre du syndicalisme ; il prépare l’émancipation intégrale, qui ne peut se réaliser que par l’expropriation capitaliste ; il préconise comme moyen d’action la grève générale et il considère que le syndicat, aujourd’hui groupement de résistance, sera, dans l’avenir, le groupement de production et de répartition, base de réorganisation sociale.

    Le Congrès déclare que cette double besogne, quotidienne et d’avenir, découle de la situation des salariés qui pèse sur la classe ouvrière et qui fait à tous les travailleurs, quelles que soient leurs tendances politiques ou philosophiques, un devoir d’appartenir au groupement essentiel qu’est le syndicat. Comme conséquence, en ce qui concerne les individus, le Congrès affirme l’entière liberté pour le syndiqué, de participer, en dehors du groupement corporatif, à telles formes de lutte correspondant à sa conception philosophique ou politique, se bornant à lui demander, en réciprocité, de ne pas introduire dans le syndicat les opinions qu’il professe au dehors.

    En ce qui concerne les organisations, le Congrès décide qu’afin que le syndicalisme atteigne son maximum d’effet, l’action économique doit s’exercer directement contre le patronat, les organisations confédérées n’ayant pas, en tant que groupements syndicaux, à se préoccuper des partis et des sectes qui, en dehors et à côté, peuvent poursuivre, en toute liberté, la transformation sociale.

    Déclaration adoptée le 13 octobre 1906 par le IXe Congrès de la Confédération Générale du Travail, réuni du 8 au 14 octobre 1906 à Amiens. (texte adopté par 830 voix contre 8 et 1 blanc)

    [1] Rapport des congrès de l’ISR de 1924 et 1928

    [2] Histoire du Syndicalisme dans le Monde, Jean Sagnes, Privat, pages 261-262

    Aux origines des tiers-mondismes, Claude Liauzu, L’harmattan

    [3] Le syndicalisme tunisien et la question de l’autonomie syndicale de 1944 à 1956,

    A.B. Hamida, dans Le mouvement ouvrier maghrébin, éditions du CNRS

  • L’Assemblée contre la Précarisation

    SOLIDARITE AVEC LES REVOLTE/ES MAGHREB

    En Tunisie et en Algérie, l’Etat réprime avec violence le peuple descendu dans la rue pour crier son désespoir et sa rage d’être des laisséEs pour compte. Nous ne pouvons pas rester indifférentEs à ce massacre d’une centaine de personnes perpétré par les flics de Bouteflika et Ben Ali. Leur cri de révolte c’est aussi le nôtre. Leur combat, c’est aussi le nôtre. Qu’attendre de ce système qui entraîne tout le monde dans la misère et sans autre perspective qu’encore plus de misère ? Et au bout, la répression féroce, sanglante d’un pouvoir méprisant, terroriste.

    En France, en Grande Bretagne, en Italie, en Grèce, la rue a été envahie par des milliers de manifestantEs pour les mêmes motifs, contre la misère. Et la répression, qu’elle soit ouverte en Algérie ou en Tunisie avec des régimes autoritaires, ou en France et en Angleterre, avec des régimes « démocratiques » c’est la même, certains proposant même leurs bons offices pour aider Ben Ali comme l’a fait la ministre française Alliot-Marie. Et on entend les mêmes discours de tous ces Etats : sur les « casseurs », les « encagoulés » ; et voilà qu’on en rajoute avec des lois encore plus répressives comme la loi LOPPSI 2 en France.

    Ne les laissons pas continuer à assassiner, à réprimer, à fliquer, à violer. Luttons, organisons nous nous-mêmes, tous ceux et celles qui subissent l’exploitation capitaliste que ce soit en Algérie, en Tunisie, en Grande Bretagne, en France travailleurSEs, précaires, chômeurSEs, lycéenNEs, étudiantEs solidaires. Ne faisons pas confiance à l’hypocrisie des syndicats et des partis de gauche qui, avec le départ de Ben Ali, vont être les premiers à revendiquer la démocratie pour faire reculer la misère, mensonge ! N’ayons confiance qu’en nous même !

    L’Assemblée contre la Précarisation (Marseille)

    http://contrelapreca.eklablog.com/accueil-c141196


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette