OCL - Organisation Communiste Libertaire

Accueil du site > 8. Actualités, Tracts et Communiqués > Lampedusa et dépendances... !

Lampedusa et dépendances... !

dimanche 10 juillet 2011

DÉBARQUEMENTS

Si les "révolutions arabes" focalisent l’actualité du côté Ouest du sud de l’Italie, on oublie parfois que deux guerres impériales (Iraq, Afghanistan) et qu’une occupation légitimée par l’Empire (Palestine) perdurent du côté Est. Cela entraîne les même effets qu’à Lampedusa, mais ailleurs.

Puglia

Entre le 1er juillet et hier 8 juillet sont arrivées dans la Puglia en 3 débarquements 161 personnes (4 femmes, 5 enfants). Il y a :

  • 32 Afghans au moins (débarqués le 1er et le 7 juillet à Santa Maria di Leuca),
  • 89 Ukrainiens au moins (débarqué le 6 juillet vers Gallipoli),
  • et le reste est constitué de Pakistanais (débarqués le 7 juillet à Leuca) et Palestiniens (les moins nombreux).
    Les 40 (Afghans et Pakistanais) débarqués le 7 juillet étaient partis de Turquie
    sur un voilier à moteur de 11 m, et avaient hissé pavillon allemand. Les autorités ont retrouvé le pavillon turc !

Sicilia

Le 8 juillet, soit hier, ont débarqués cette fois :

  • à Pozzallo (province de Ragusa), dans l’après-midi, 88 personnes (sans femmes mais avec 10 mineurs), se déclarant Égyptiens - mais comme de l’autre côté de la Méditerranée on a compris que dire qu’on est Tunisien c’est prendre l’avion, on ne peut être sûr de rien...

Lampedusa

Dans la nuit du 8 au 9 juillet, plusieurs débarquements se sont succédés, tous partis de Libye :

  • 8/7/11 23h45, Sub-sahariens, 158 personnes (28 femmes, 12 enfants),
  • 9/7/11 03h30, Sub-sahariens, 340 personnes (30 femmes, 11 enfants),
  • 9/7/11 04h00, Sub-sahariens, 303 personnes (42 femmes, 6 enfants),
  • 9/7/11 à l’aube, Sub-sahariens, 240 personnes (22 femmes, 4 enfants).
    La majorité des femmes sont enceintes ou dans les derniers mois de grossesse.

Bilan de cet ensemble (sans compter les 214 du 2 juillet venus de Libye)

  • Révolutions arabes (SUD-OUEST) = 1.129 - 122 femmes - 43 enfants
  • Lampedusa : 1.041 personnes - 122 femmes - 33 enfants - départ Libye - Sub-sahariens
  • Sicilia (ile majeure) : 88 personnes - 10 enfants - départ ? - Nord-africains (Égyptiens ?)
  • Guerres et occupation (SUD-EST) = 161 personnes - 4 femmes - 5 enfants
  • Province de Lecce (Puglia) = 161 - 4 femmes - 5 enfants - Afghans, Pakistanais, Palestiniens, Ukrainiens
  • Total = 1.290 personnes - 126 femmes - 38 enfants

On pourrait presque supposer qu’il y a des routes et des points d’arrivées selonles origines des départs...

RÉPRESSION

a) Des réseaux

Et c’est en gros ce que semble démontrer un vaste coup de filet lancé fin juin 2011 dans toute l’Italie. Pour l’instant, il y a une cinquantaine d’arrestation uniquement d’étrangers, principalement de Nord-africains (Algériens, Tunisiens) et de Turcs, Kurdes, Pakistanais. Pas un sub-saharien. L’intérêt de l’enquête est qu’elle a permis de dévoiler le mécanisme du "commerce" pour ceux venus de l’est. Des lieux de dépôts d’argent en liquide (qui peuvent être des agences d’une banque tout à fait officielle) existent au Pakistan, en Afghanistan et en Turquie. La famille ou un membre de la famille dépose la somme d’argent dans ces endroits, et se voit fournir un numéro (un code secret) de 4 chiffres à donner au candidat au départ. Celui-ci une fois arrivé dans les "ports" turcs d’embarquement fournit ce numéro. Le "commandant de bord" téléphone alors au "logisticien" de l’organisation avec son cellulaire qui supprimera immédiatement ce numéro de la liste. Le caractère transfrontalier ("internationaliste") du ou de ces réseaux autorise celui qui reçoit l’appel à effacer facilement un numéro aussi bien au cœur de l’Afghanistan que d’une grande ville du Pakistan.
Le réseau procède alors à l’encaissement de l’argent puisque le passager est monté à bord. Le passager rejoint le flux des "clandestins", son argent le flux monétaire mondial. Le code à quatre chiffre peut bientôt à nouveau servir à quelqu’un pour qui on aura déposé dans une "banque" officielle ou non la somme équivalente à 5.000 €.

b) De la migration et des migrants en même temps

Plusieurs avocats regroupés en une association et certaines organisations caritatives (notamment Caritas, le Secours Catholique Internationale, quoi) sont vent debout contre la le décret-loi du 22/04/2011 (qui transformait les centres d’accueil et camps de tente en centres de rétention fermés en interdisant ainsi l’entrée à qui que ce soit d’autres que des parlementaires européens, Croix-Rouge Internationale et autre organisation assurant le services à l’intérieur). Ceux-ci osent penser et affirmer que, même si esprit d’extrême-droite il y avait à satisfaire, cette décision est surtout due à la nécessité de masquer l’absence totale de moyens que l’État Italien y a mis et donc d’occulter les conséquences pour les migrants, soit le non respect du minimal droit humain contenu dans la Charte Européenne des Droits Fondamentaux.
Ces gens, pas totalement inconscients, ont quand même enquêté avant d’affirmer ce type de propos, et le catalogue qu’ils ont réussi à faire, alors que les journalistes et avocat n’ont pas le droit de pénétrer dans ces enceintes donnent vraiment l’impression d’un Guantanamo. Florilège : lors des transferts sur des Ferries (compagnies privées) de Lampedusa au continent aucune information n’est donnée sur la destination, pas de préparation du lieu pour plus de 1.000 personnes, pas assez de nourriture et d’eau, maintien plusieurs heures lors des escales dans les ports en cales (il y fait très chaud) sans pouvoir sortir faisant ainsi d’un Ferry un "centre de rétention flottant" ; dans les centres de rétention eux-mêmes limitation de l’utilisation des toilettes (conduisant les garçons à uriner dans des bouteilles), limitation des douches, pour limiter les révoltes suppression des chaises ou des bancs, insécurité permanente notamment pour les femmes avec plusieurs tentatives de viols, absence d’assistance juridique, pas d’information sur la possibilité de faire une demande d’asile, ouf !
Bref, comme le dit un observateur "en Italie, un assassin multirécidiviste peut recevoir la visite d’un visiteur de prison, et c’est un droit sacrosaint. Les migrants qui ont fui la guerre et commis aucun crime n’y ont pas droit". Et même si l’Europe a demandé des comptes, ça ne s’arrange pas...

RÉBELLION ...

Hier matin (8/7/11), une partie des mineurs du centre "d’accueil" de Lampedusa étaient montés sur le toit pour protester et demander à quitter ce lieu dans lequel ils sont retenus depuis plus d’un mois pour certains. Ça a duré toute la journée, même avec la police !

... ET STATU QUO

1) Le 1er juillet, le Danemark confirmait bien qu’il allait réintroduire les contrôles aux frontières. Depuis le 5 juillet 2011, le Danemark a donc placé "50 gardes aux Frontières [...] avec la Suède et l’Allemagne" et le Ministre du Fisc (finances) précisait que "le gouvernement a décidé de réintroduire [les contrôles] à la demande du parti d’[extrême-]droite DFP".

2) Hier, 8 juillet, le président de la Rép. Italienne rencontrait à Como (nord de l’Italie) le président Allemand. Napolitano a rappelé qu’"est nécessaire une réponse européenne aux problèmes d’immigration et d’arrivées accélérées de réfugiés comme dans le cas de Lampedusa". L’illustre inconnu président allemand, Christian Wulff, lui a répondu en se réfugiant toujours derrière le même argument des "600.000 Kosovars gérés seuls par l’Allemagne en 1992". Le ping-pong entre les 2 hommes d’État a ainsi duré, Napolitano "Lampedusa, Sicile, Italie sont la porte de l’Europe et ces immigrés veulent aller en Europe" et il faut une "politique commune", Wulff "ce n’est pas un problèmes de l’UE".
Bref, il n’y aura pas de fonds particulier allouer à l’Italie pour traiter la question migratoire engendrée par les "révolutions arabes". Ça se passait en Italie, c’est donc un affront diplomatique pour l’Italie, l’inconvénient c’est que cela peut devenir plus grave encore pour les migrants.

@lbator

Voir en ligne : entre autres sources


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette