OCL - Organisation Communiste Libertaire

Accueil du site > 8. Actualités, Tracts et Communiqués > [Tierra y Libertad] La gauche andalouse fait expulser la propriété occupée de (...)

[Tierra y Libertad] La gauche andalouse fait expulser la propriété occupée de Somonte

jeudi 26 avril 2012

Compañeros et Compañeras, ce matin [26/04/2012], les forces de la Garde Civile sont entrées dans la propriété et ont brutalement expulsé une vingtaine de compagnons qui dormaient dans la maison.

Encore une fois, comme en 1939 et comme en de nombreuses autres occasions, les répresseurs expulsent les journaliers et les paysans de leurs terres, pour les donner aux propriétaires terriens, aux évêques et aux spéculateurs. Cette fois, le visage de cette attitude fasciste a été celui du PSOE, qui vient de signer un accord pour continuer de gouverner la Junta d’Andalousie avec Izquierda Unida [Gauche unie]. La même formule : l’argent aux banques, les terres aux riches, les plans d’ajustements et la répression pour les travailleurs.

NOUS LANÇONS UN APPEL URGENT VENIR Á SOMONTE

Nous allons résister dans la ferme. Maintenir tout le travail réalisé. Continuer à cultiver la terre pour subsister et vivre dignement.

S’IL VOUS PLAÎT, ENVOYEZ DES MESSAGES, FAX ET LETTRES DE PROTESTATION ET D’INDIGNATION à la presse, à la Junta d’Andalousie, au PSOE, à Izquierda Unida et au Parti communiste (aujourd’hui associés du gouvernement).

Le 1er mai, toutes et tous à Somonte !

NOUS RESISTONS, NOUS CREONS, NOUS VIVONS.

SOMONTE POUR LE PEUPLE !!!

Pas un pas en arrière !

A nous tous, nous obtiendrons qu’ils nous laissent en paix !

Vive la révolution agraire !

====

À l’heure actuelle, les forces antiémeute de la Garde Civile sont en train d’expulser Somonte, le domaine agricole public occupé par des journaliers sans emploi

Communiqué

Séville, le jeudi 26 avril 2012

A 7h ce matin, les forces antiémeute de la Garde civile se sont présentées dans le domaine agricole public occupé de Somonte pour procéder à l’expulsion.

L’exploitation a été occupée le 4 mars dernier par 500 travailleurs journaliers des alentours au chômage. Depuis lors, ont été réalisés des travaux d’amélioration telles que la création d’un jardin potager, la récupération et la mise en culture d’un hectare de terres arables pour semer des poivrons, la plantation d’oliviers, la réparation et l’amélioration des installations d’irrigation, la création d’un poulailler, etc.

La ferme de 359 hectares dans les zones arides et de 41 ha en zones irriguées ne donnait plus aucun emploi, sauf à un gardien, et se trouvait dans un processus de vente aux enchères par le gouvernement d’Andalousie. Cette vente aurait signifié que ses acheteurs, banquiers, propriétaires fonciers ou spéculateurs, allaient bénéficier de subventions de l’UE, d’aides publiques et en ce cas des bénéfices obtenus d’une exploitation agricole extensive et industrialisée (pour le biodiesel, les transgéniques, etc.) sans générer pratiquement aucun poste travail. Dans le même temps 1.700 habitants de Palma del Rio et plus de 4000 dans la région proche [province de Córdoba], dans leur majorité des travailleurs journaliers sans terre, subissent le chômage, les coupes sociales, les expulsions de leurs maisons, et doivent endurer des situations indignes de pauvreté et de désespoir.

La SAT [Syndicat Andalou des Travailleurs] s’est réuni avec le ministère de l’Agriculture pour essayer une voie de négociation qui permette d’éviter la vente de cette propriété publique et pour la cession de l’usufruit et de l’exploitation de celle-ci à des coopératives de journaliers et journalières, un modèle de réussite qui garantit le plein emploi dans des endroits comme Marinaleda.

Le SAT regrette que la Junta d’Andalousie ait choisi la voie de la répression plutôt que d’explorer la voie du dialogue qui aurait permis de résoudre le problème du chômage dans l’une des régions les plus frappées par cette tragédie.

http://www.sindicatoandaluz.org/

Sur l’occupation de Somonte :

http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article1150

[Traduction : OCLibertaire, reproduction libre et encouragée ! ]

2 Messages de forum

  • (Information traduite du site Kaosenlared)

    Somonte revient au peuple, les journaliers réoccupent déjà la propriété

    Les journaliers andalous ont réoccupé la finca de Somonte, à Palma del Río (Córdoba), après l’expulsion réalisée hier matin par la Garde Civile. Les journaliers y sont retournées à 0 h30 du matin et quelque 100 personnes se trouvent de nouveau à l’intérieur.

    Pedro Antonio Honrubia Hurtado/Kaosenlared

    Après avoir été délogés hier matin par la Garde civile espagnole, quelque 100 journaliers ont réoccupé dans la nuit de ce vendredi à l’aube, la propriété agricole de Somontes, récupérant ainsi pour le peuple ce que le gouvernement de la Communauté d’Andalousie veut mettre entre les mains de propriétaires fonciers et/ou de spéculateurs.

    Les journaliers, réunis en assemblée après l’expulsion d’ hier, ont décidé de continuer la lutte et d’occuper à nouveau la propriété pendant la nuit, en ayant pu compter pour cela avec l’appui solidaire de plusieurs dizaines de compañeros et compañeras arrivés de divers points d’Andalousie, et spécialement des villages proches.

    Pour l’instant, la Garde Civile ne s’est pas manifestée dans la journée par une présence physique dans le lieu, bien que, comme l’ont dit certains des présents à Kaosenlared, les policiers se sont montrés dans les alentours, en demandant les papiers à ceux qui voulait rejoindre la propriété pour s’incorporer au groupe des journaliers et journalières qui sont déjà là en train d’effectuer leurs tâches, c’est-à-dire, la culture de la terre et l’élevage des animaux.

    En s’adressant à Kaosenlared, les journaliers assurent qu’ils ne pensent pas abandonner la propriété et que si les autorités veulent les faire partir, elles devront ouvrir à nouveau une procédure judiciaire, et devra aussi de nouveau appeler la Garde Civile pour les déloger. De même, disent-ils, si cela devait se produire, la réponse des journaliers serait une et seulement une : réoccuper dès qu’ils le pourront.

    Et ainsi jusqu’à ce que la terre soit pour ceux qui la travaillent et non pour ceux qui peuvent se la payer à des prix soldés dans une vente par adjudication (enchères) du gouvernement andalou, et ensuite pour ne pas offrir de travail ni produire aucune sorte de richesse dans le secteur avec lesquels il serait possible de faire face aux graves problèmes de chômage que vivent ses habitants.

    Somonte ne se rend pas, Somonte est au peuple, disent les journaliers sur un ton de défi. Ainsi soit-il…

    le 27 avril 2012


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette