OCL - Organisation Communiste Libertaire

Accueil du site > 8. Actualités, Tracts et Communiqués > Manifestation de la désobéissance contre le TGV

Manifestation de la désobéissance contre le TGV

samedi 3 août 2013

1° Août - Fin de la manifestation à bicyclette de désobéissance contre le TGV

Aujourd’hui, 1er Août. C’est à Donostia (Saint Sébastien) que s’est terminée la marche à vélo de désobéissance contre le TGV qui a parcouru pendant une semaine différentes localités du Pays Basque sud, et s’est accompagnée d’activités, d’actions, de conférences, de manifestations, etc. La fin de la marche s’est effectuée à pied, les vélos à la main de la place du Bon Pasteur au Boulevard.

Au cours de ce dernier kilomètre, nous avons manifesté notre opposition au TGV et au modèle développementiste et capitaliste qui favorise cette infrastructure en adressant nos protestations aux différentes institutions promotrices de ce projet, en même temps que nous avons manifesté notre opposition aux grandes infrastructures qui détruisent la terre, en revendiquant la désobéissance comme outil pour transformer la société. Ainsi, nous avons recouvert la façade de la délégation du Gouvernement basque dans la rue Andia avec des autocollants : "TAV Via Muerta - AHT Bide Itsua" (TGV = Voie sans issue, Impasse). En effet, les dernières informations montrent plus clairement que jamais que les TGV et d’autres projets destructeurs, outre qu’ils sont des agressions graves contre la terre, ne sont que des impasses, totalement préjudiciables tant du point de vue social qu’économique.

Cela montre l’échec des gouvernements central, basque et navarrais, eux qui s’entêtent à construire le TGV, alors que le modèle de développement qui encourage cette infrastructure a conduit à la crise dans laquelle nous nous trouvons.

Ensuite, la manifestation contre le TGV s’est dirigée vers la délégation du ministère des Finances, où nous avons dénoncé le gaspillage des ressources publiques allouées au TGV. Puis, nous avons effectué une protestation graphique au siège principal de la banque Kutxa-Bank, dont la façade a été décorée avec des silhouettes à la craie de couleur représentant des personnes et des groupes sociaux touchés par la crise économique et sociale actuelle (jeunes, retraité-es, paysan-nes, ménagères, ...). Enfin, le kiosque du Boulevard a accueilli le dernier acte de cette marche de désobéissance contre le TGV et pour la terre.

Lors de cet acte de clôture, nous avons lu le communiqué final et une lettre adressée au prisonnier Aitor Esnaola, paysan touché par le TGV (cf. les deux textes ci-dessous). Après la lecture, plusieurs dizaines de manifestants ont envahi le kiosque et chanté des poèmes improvisés contre le TGV. C’est ainsi que la marche s’est achevée dans une très bonne ambiance.

BOUGE-TOI ET AGIS POUR LA TERRE !


Manifestation à bicyclette de désobéissance contre le TGV

COMMUNIQUÉ FINAL

Après avoir pédalé pendant huit jours et avoir parcouru 356 kilomètres sur des terres du Pays Basque sud touchées par le TGV, cette marche de désobéissance arrive à son terme.

Au cours de cette manifestation, nous avons rempli nos sacs à dos de plus de raisons encore, si c’est possible, pour continuer à nous battre contre cette infrastructure :
Nous avons vu de près, et avec douleur, la destruction de la terre qui nous protège et nous nourrit.
Nous nous sommes indignés avec les paysans, contraints et humiliés par les différentes administrations.
Nous avons rencontré des groupes locaux qui continuent de lutter contre l’injustice de ce chantier.
Nous avons apprécié la beauté des endroits de la terre que nous défendons.
Nous avons réaffirmé la disproportion et l’inutilité de ces grands travaux qui absorbent l’argent et les ressources nécessaires pour répondre aux besoins fondamentaux de la population. Nous avons partagé les expériences des riverains qui luttent pour récupérer les terrains expropriés.
Nous nous sommes solidarisés avec les groupes qui luttent contre d’autres projets destructeurs.
Nous avons apprécié la générosité des villages et des quartiers résistants qui nous ont reçus à bras ouverts.

Cette marche a réaffirmé l’efficacité et la puissance de la désobéissance :

En nous introduisant illégalement sur les chantiers pour montrer à la société les destructions qu’ils veulent cacher.
En nous servant de leurs grues pour donner de la hauteur à nos revendications.
En nous glissant dans leurs trains et en évitant qu’ils utilisent notre argent pour détruire.
En transgressant les interdictions de la police, en utilisant nos corps nus pour diffuser notre message.
En revendiquant la douceur du gâteau de la désobéissance auprès de milliers de baigneurs sur la plage.
En plantant la graine de la désobéissance, profitant de l’atmosphère incomparable que nous avons vécue au cours de cette manifestation à bicyclette.
En un mot, nous avons renforcé notre estime de soi collective par la désobéissance.

Grâce à cette manifestation, est apparue plus claire que jamais la différence entre deux façons de comprendre la vie : celle de la grande et et celle de la basse vitesse, symbolisées respectivement par le TGV et le vélo.

La vitesse élevée favorise la destruction, la mort, la spoliation, l’individualisme, le stress et la maladie. Le parcours n’est rien, seul compte le but. Pour arriver à destination, tout est valable.

Le rythme lent, en revanche, permet la vie, la santé, la tranquillité, l’équilibre et le respect de la nature et des autres ; il facilite les relations et la solidarité entre le voyageur et les habitants. Le but est le parcours en lui-même.

Espérons que les graines de désobéissance plantées au cours de cette manifestation portent leurs fruits. Nous devons récupérer ce qu’ils ont détruit et pillé. Apprenons des chèvres qui vivent dans les tunnels creusés dans les entrailles d’Udalaitz, les transformant en bergeries inhabituelles de plusieurs kilomètres. Faisons comme les paysans qui utilisent les tunnels pour ranger du bois et des bottes de paille.

Récupérons les terres expropriées pour les plates-formes d’infrastructure et de logistique, et transformons-les en vergers sains. Transformons cette irrationalité en piste cyclable la plus chère du monde. Continuons en définitive à avancer sur la voie de la désobéissance, que nous avons parcourue lors de cette manifestation à bicyclette.

Utilisons la désobéissance comme une arme pour défendre la Terre.

AHT – TAV - TGV arrêt


Assemblée de la manifestation à vélo de désobéissance contre le TGV.

Lettre de l’ensemble des participant-es à la manifestation adressée au prisonnier Aitor Esnaola , éleveur du village de Legorreta Olalde touché par le TGV
(Lettre lue lors de l’acte final du voyage) :

Salut Aitor

Nous t’écrivons de la manifestation à vélo de désobéissance contre le TGV organisée par le Mouvement Mugitu !

Nous voulons t’envoyer nos encouragements, notre affection et te dire que tu as été présent puisque ta lutte contre le TAV, nous l’avons rappelée à plusieurs reprises.

Il y a huit jours nous avons quitté Altsasu (Navarre) à environ 50 personnes et nous avons circulé une semaine en Euskal Herria pour exposer les nuisances que provoque le TGV, pour connaître l’état des chantiers, pour soutenir les groupes d’opposants locaux et les habitants touchés, pour avoir des contacts avec d’autres luttes qui sont menées contre les grandes infrastructures et le développementisme (fracking, lignes électriques à haute tension, incinérateurs, etc.)

Ce fut une semaine intense où nous avons manqué de temps, mais nous avons eu de tout : des conférences, des débats, des projections de documentaires, des concerts, l’inauguration d’un monolithe à Urbina pour la défense de la terre et la lutte contre le TGV, qui a été fait par les habitants du village, diverses actions notamment l’une en soutien aux entarteurs sur la plage de Zarautz, une banderole accrochée sur la grue d’un chantier du TGV proche de l’autoroute N-1 à Andoain, parmi beaucoup d’autres choses.

Au rythme de nos pédaliers, nous avons distribué des milliers de tracts, chanté et crié des slogans contre le TGV et pour la défense de la terre, créant ainsi un espace de travail et de prise de conscience collective.

Hier, nous avons fait une manifestation cyclo-nudiste à Donostia et c’est aujourd’hui 1er août que nous mettons fin (pour cette année) à la manif-vélomartxa vélo.

Reçois toute notre affection et toute la force du groupe.

Assemblée de la manif vélo rebelle contre le TGV.


Article précédent sur le même sujet

AHT Gelditu ! - A propos du report du projet de LGV Bordeaux-Hendaye


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette