OCL - Organisation Communiste Libertaire

Accueil du site > 8. Actualités, Tracts et Communiqués > Chypre > "Ni les coupes, ni le coiffeur" - Notes sur la conjoncture actuelle

Texte d’un groupe anarchiste chypriote

"Ni les coupes, ni le coiffeur" - Notes sur la conjoncture actuelle

jeudi 21 mars 2013, par WXYZ


Un texte par des anarchistes chypriotes sur les récents événements intervenus sur l’île.

"Chypre : ni les coupes, ni le coiffeur - Notes sur la conjoncture actuelle" (*)

Les coupes dans l’épargne bancaire et les autres mesures du mémorandum à venir ne peuvent pas être expliquées à travers le prisme d’une bonne ou d’une mauvaise gestion de l’économie. Après tout, il y a une semaine, le gouvernement de ce pays était entre les mains du parti de gauche AKEL qui a accepté et fait passer des lois sans même avoir approuvé la version finale du mémorandum ; et bien sûr, sans jamais avoir reçu le moindre argent du prêt tant vanté. La très grande déception de la population devant le délabrement de la situation financière s’est exprimée lors des dernières élections avec l’arrivée au pouvoir du Rassemblement démocratique DISY.

La socialisation des pertes au détriment des petits épargnants ne doit pas nous surprendre. La logique néolibérale exige l’annulation des acquis sociaux [obtenus par des luttes sociales], la privatisation de la richesse publique et la possibilité qu’à tout moment les compensations pour les pertes du capital soient payées par les travailleurs.

Il a été très vite démontré qu’Anastasiades [le président chypriote] était incapable de tenir ses promesses pré-électorales et de convaincre ses « amis néo-libéraux » en Europe de soutenir les politiques qu’il avait lui-même annoncé. Le soutien [extérieur] qu’Anastasiades avait espéré en faveur des élites locales s’est fracassé contre des intérêts plus puissants, ceux des élites supranationales qui visent à s’approprier la richesse intérieure. Les coupes dans toutes les épargnes étaient une tentative désespérée du gouvernement pour limiter les pertes de capital local dont il représente les intérêts.

Dans la période à venir, l’État aura recours à un certain nombre de stratégies pour tenter d’amortir le choc social : il va mettre en gage les intérêts nationaux et la prospection du gaz naturel ; et pour ceux qui n’achèteront ni l’un ni l’autre, il déploiera une répression brutale au nom de la défense de la loi et de l’ordre.

Comme le montrent les premiers rassemblements contre la projet de loi de couper dans les épargnes bancaires, les réactions proviennent de l’ensemble du spectre politique. En tant de composante d’un espace anti-autoritaire plus large, nous ne pensons pas qu’une autorité politique quelconque soit capable d’administrer nos vies. Nous ne nous identifions pas avec n’importe quel discours anti-mémorandum et nous ne pensons pas qu’il puisse y avoir de solution socialement juste sous le système capitaliste existant.

La crise systémique actuelle est pour nous un champ d’action supplémentaire pour le développement d’un mouvement social visant à son renversement. C’est ainsi que nous allons travailler avec tous ceux qui partagent cette perspective.

Coalition d’irréguliers

Des camarades de l’espace anarchiste/anti-autoritaire

Nicosie, 19 mars 2013

Le texte ci-dessus a été distribué à Nicosie pendant le rassemblement de protestation devant le parlement chypriote.

Original : ici
Version anglaise ici

[Traduction OCLibertaire]

(*) NdT : Le titre du texte fait référence à l’expression de l’anglo-américain financier courant "haircut", littéralement "coupe de cheveux" utilisé pour désigner ce que nous nommons "coupes" sans plus de détail, ou "restrictions" ou encore "saisies" . Le terme "haircut" a été repris en grec littéralement (κούρεμα).

"Ne pas partager la pauvreté
Partageons les richesses"
(Banderole d’un groupe d’étudiants)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette