OCL - Organisation Communiste Libertaire

Accueil du site > 2. Courant Alternatif, Mensuel anarchiste-communiste > 188 mars 2009 > Edito 188 mars 2009

Edito 188 mars 2009

vendredi 6 mars 2009, par Courant Alternatif


Engrenages

Sans surprise, la crise sociale mondiale touche en premier lieu les pays qui étaient à l’avant-garde de l’exploitation (Madagascar, p18). Beaucoup plus étonnant la colère et la révolte touchent aussi des régions qui n’était pas connues pour leur effervescence sociale (Islande, p25) ; signe que cette fois les capitalistes ont poussé le bouchon encore plus loin que d’habitude.

Les engrenages de plus en plus complexes du merveilleux monde de l’entreprise, conçus pour grignoter et optimiser la moindre parcelle de profit pourrait donner l’impression que la machine se transforme en sorte de monstre incontrôlable (Renault, p13, Un monde bien compliqué, p15). Cela ne doit pourtant pas nous faire oublier que l’économie n’est pas une activité surnaturelle, dont les règles seraient inchangeables ; alors qu’en réalité, il ne tient qu’à l’humanité de les mettre à plat et de réfléchir à d’autres modes d’échanges et de relations.

Nul besoin d’aller chercher bien loin les exemples de ce monde qui marche la tête à l’envers. La Guadeloupe comme tous les départements d’outre-mer possède une économie coloniale fondée sur la satisfaction prioritaire des besoins en matière première ou agricole de la métropole. Privés de ressources vivrières locale, les habitants sont alors soigneusement maintenus dans un système de dépendance, dans lequel la satisfaction de leurs besoins ne peut que transiter par quelques importateurs distributeurs qui en profitent pour se garnir généreusement les poches. Coloniale également la considération portée par le pouvoir politique sur la lutte des antillais. Il aura fallu près d’un mois de grève générale et de blocages, impliquant l’essentiel de la population, pour que le gouvernement daigne envoyer un sous-secrétaire d’état sans aucune capacité d’initiative. Yves Jego étant lui-même sous la tutelle de Michele Alliot-Marie, elle-même sous la tutelle de Fillon, etc., il n’a guère plus de pouvoir que le concierge de l’Elysée… Colonial enfin le traitement médiatique — à retardement — de cette crise qui cherche à présenter la situation comme un problème d’identité antillaise alors qu’il s’agit d’un problème social, comparable à la métropole, en plus exacerbé. Nous aurons l’occasion d’aborder plus en profondeur les tenants et aboutissants de cette lutte dans le prochain numéro de Courant Alternatif à paraître début avril.

En métropole aussi les « partenaires sociaux » méritent de plus en plus d’être requalifiés en « adversaires sociaux » ; dans les universités (voir p6), dans le commerce (Marché Saint Pierre, p4) ; d’autant plus que le pouvoir n’a pas oublié de manier le bâton pour refroidir les manifestants un peu trop exubérants (Saint Nazaire, p8). La matraque c’est toujours efficace, mais c’est un tantinet désuet par rapport à ce que les savants fous de l’informatique et de la micro technologie développent comme instruments de contrôle social (Big Brother, p10 ; Une vie sans contact, p12).

Heureusement pour nous, les véritables partenaires sociaux, dirigeants des centrales syndicales sérieuses et responsables, organisent pour nous une prochaine journée d’action le 19 mars. Sans trop se tromper on peut prédire que ce sera de nouveau un succès numérique et que le gouvernement ne sera pas plus intimidé que par les soubresauts dans les confettis de l’empire. Mais cette fois, promis, juré, craché, les syndicats vont montrer de quel bois ils se chauffent ! Des rumeurs circulent déjà sur l’organisation d’une journée de grève générale le premier jour du mois de mai…

CJ Paris, 26 février 2009

Sans Abonnements à Courant Alternatif, pas d’articles en ligne !


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette