OCL - Organisation Communiste Libertaire

Accueil du site > 2. Courant Alternatif, Mensuel anarchiste-communiste > 208 Mars 2011 > Evaluation des enseignants du premier degré : sanctions et clientélisme.

Evaluation des enseignants du premier degré : sanctions et clientélisme.

mercredi 23 mars 2011, par Courant Alternatif

Les cadres de l’éducation nationale - le corps des inspecteurs - tentent de garantir sur le terrain l’application de réformes gouvernementales qui peinent à s’imposer. Après plusieurs décennies de prêche pédagogiste, la base sociale de la direction s’est depuis peu convertie aux nouvelles vérités libérales. Une mue apparemment indolore puisque négociée aux meilleures conditions entre le sien-UNSA et l’Etat. En passant peu ou prou sous le contrôle direct des recteurs d’académie, l’encadrement décuple le poids d’une hiérarchie qui recourt sans détour à l’arbitraire et à l’autoritarisme afin d’imposer des méthodes de gestion d’entreprise au sein du secteur.

Depuis mai 2009, une circulaire a redéfini les lignes à partir desquelles les enseignants du premier degré seront désormais évalués. La mission des inspecteurs de circonscription repose dorénavant sur deux priorités : “le pilotage pédagogique” et le “management du personnel”. Le pivot de cette nouvelle orientation, “le socle commun de compétences” se présente sous la forme d’une liste de quelques aptitudes dressée par la commission européenne et que les élèves se doivent d’acquérir avant de quitter le collège. Ce viatique promis à la grande majorité d’entre eux, leur permettra d’évoluer à la demande du patronat dans un environnement de travail essentiellement précaire, flexible et ne requérant qu’un minimum de savoir faire concret.

C’est donc autour de ce “socle commun” que se polarisent maintenant l’ensemble des activités scolaires et professionnelles de l’école élémentaire. Les programmes de 2008, les binaires évaluations nationales des classes de CE1 et de CM2 et maintenant l’évaluation du personnel enseignant, tout converge dans une seule et même direction. Ce formatage du travail des enseignants et de l’activité des élèves a naturellement entraîné de vives réactions. Les plus visibles furent celles rendues publiques par les “désobéisseurs” en dehors de toute dynamique syndicale officielle : refus à la carte ou en bloc des programmes, des heures de soutien individualisé, de la déclaration préalable de grève, des évaluations nationales etc ... La hiérarchie a réagi immédiatement et de manière brutale sans pour autant parvenir à décourager ces enseignants frondeurs à qui les tribunaux administratifs semblent pour l’instant donner raison. Mais pour la grande majorité, la résistance se vit quotidiennement dans la passivité observée face aux injonctions. Quoi qu’on en dise, cette inertie constitue une force mais qui rapidement trouvera ses limites si elle ne déborde pas hors des murs des salles de classe afin de se donner un cadre collectif.

Pressions et clientélisme.

Entendons nous, l’autoritarisme et un certain penchant à la fatuité ont toujours entaché le costume des inspecteurs. La plupart des enseignants gardent en souvenir qui, des entretiens pour le moins croustillants, qui un rapport bricolé à coups de “copié-collé” et chez la plupart d’entre eux une méconnaissance manifeste, voire l’oubli de la réalité du métier ...

Avec la redéfinition de leur mission, l’observation de la pratique tend à disparaître au profit du contrôle des seuls résultats quantifiables : le taux de réussite de l’établissement aux évaluations nationales. Pour bien faire, la circulaire de 2009 énonce clairement que : “Les corps d’inspection ont le devoir (...) d’impulser et d’encourager les “bonnes pratiques“ ; la liberté pédagogique dont bénéficient, pour organiser leur enseignement les personnels enseignants ne sera pas le prétexte de pratiques qui font obstacle à l’acquisition des savoirs”. Sans pour cela se bercer d’illusions pédagogistes, il faut admettre que cette prescription annonce le retour de méthodes éculées, répétitives et mécaniques, d’un bachotage stupide aux finalités purement comptables. Car il faut les écouter ces cadres rabâcher à chacune de leurs interventions, sur le ton culpabilisant du moment, le coût qu’occasionne à la collectivité l’entretien d’un élève. Et aussitôt laisser entendre qu’en retour de résultats escomptés, ils pourraient plaider la cause des établissements et peut être sauver moyens et postes. Pour cela, chacun devra y mettre du sien et appliquer scrupuleusement les recommandations ministérielles : les programmes et rien que les programmes, une bonne dose de fichage et la traque des absentéistes. Actuellement de nombreux témoignages attestent de vagues d’inspections-sanctions. Dans l’intimité de l’entretien se susurrent les récriminations qui parfois prennent le tour de la menace et laissent certains collègues sidérés. Ainsi, avant même la création effective des établissements primaires autonomes, s’installe insidieusement un climat mêlant “chantage aux moyens” et clientélisme. Dans les faits, ce glissement traduit la fin annoncée du paritarisme et du mode de gestion du personnel qui s’y rattache. Les syndicats l’ont compris et assistent impuissants à leur relégation espérant sauver ce qui peut l’être pour eux, c’est à dire quelques bonnes places. Car jusqu’à nouvel ordre, il revient aux inspecteurs de conduire leurs “ interventions directes (...) comme un acte de gestion de la ressource humaine.”

Officiellement le salaire au mérite n’a pas cours. Dans les faits, il prend corps peu à peu avec le versement de primes spéciales aux seuls enseignants qui font passer les évaluations nationales. On le devine ensuite tapi sous les heures supplémentaires offertes aux volontaires qui encadrent les stages de remise à niveau durant les vacances scolaires. D’ailleurs, afin d’intimider les malveillants qui refusent de les proposer à leurs élèves, les inspecteurs n’hésitent pas à brandir les résultats des fumeuses évaluations nationales. Mais la chose pourrait bientôt prendre un tour plus tangible. Le ministre Chatel évoque depuis peu la création d’entretiens d’évaluation individuels réalisés par des personnes extérieures au secteur de l’enseignement. Qu’adviendrait-t-il alors du dévoué corps des inspecteurs ?

Quelle riposte ?

Malgré les oppositions résolues d’une partie de la base, le rapport de force apparaît aujourd’hui fortement dégradé. Les enseignants n’opposent aux attaques qu’ils subissent que les pauvres illusions qu’ils continuent d’entretenir sur leur fonction en particulier et sur celle de l’école en général. Illusions lourdes de conséquences quand le fossé entre l’institution qu’ils prétendent défendre et la partie la plus prolétarisée de la société ne cesse de se creuser. La période impose de faire des choix, des choix collectifs qui portent la critique au coeur même du système d’ enseignement. Il est urgent d’ouvrir le débat et de mener l’action non pour la défense d’une école de la reproduction sociale, une école de classe grimée en “service public” mais contre elle. Reprendre la bagarre contre les petits chefs, reposer collectivement la question du refus de l’évaluation pourrait être parmi bien d’autres une de ces pistes. Un travailleur de la reproduction sociale.

Boulogne-sur-mer, le 19/02/11.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette