OCL - Organisation Communiste Libertaire

Accueil du site > 8. Actualités, Tracts et Communiqués > Grève des ouvriers polonais sur la chantier nucléaire de Flamanville

Grève des ouvriers polonais sur la chantier nucléaire de Flamanville

mardi 24 mai 2011

Communiqué sur la grève imminente des ouvriers polonais à Flamanville

Depuis 3 ans 350 ouvriers polonais travaillent sur le chantier EPR de Bouygues à Flamanville. Ils ont été embauchés par ATLANCO, une société d’intérim immatriculée à Chypre dans des conditions d’illégalité totale :
Absence de contrat de travail, d’assurance maladie, non déclaration des accidents de travail, prime de fin de mission et congés payées inexistants, et même licenciement express par SMS quand ATLANCO le veut !

De plus, ATLANCO leur prélève 500 Euros par mois et par personne sur leur salaire pour des cotisations sociale prétendument versés à Chypre dont ils ne verront jamais la couleur et surtout, 300 Euros pour soit disant verser à l’Etat français les impôts sur le revenu des travailleurs !
Les Polonais ne savaient pas que les impôts n’étaient pas prélevés en France à la source. Quand ils l’ont appris, ils se sont révoltés.
Ils réclament le respect du droit du travail et qu’ATLANCO leur rende les sommes volés sur leur salaires. La CGT intérim et la CGT de la Manche les soutient.

ATLANCO répond par des menaces et des pressions : menaces de vigiles, licenciements par SMS des plus fragiles ne parlant pas français et même coup de fils d’intimidation aux familles restées en Pologne !

Les ouvriers polonais sont prêts à la grève. En lutte contre l’esclavage moderne nous devons les soutenir. Relayez l’information !

Monika Karbowska Pour information mkarbowska[at]free[punkt]fr ou 00 48 518 37 84 67

DIMANCHE 22 MAI 2011

Depuis plusieurs semaines les salariés polonais de l’entreprise ATLANCO sous traitant de l’entreprise Bouygues exerçant sur le chantier EPR de FLAMANVILLE demandent des explications sur les prélèvements effectuées sur leur salaire au titre de la protection sociale et des retenues à la source de montants d’impôts.

Ainsi ils ne bénéficient pas de couverture sociale en France malgré ces prélèvements, les retenues vont directement à CHYPRE siège social de l’entreprise prétendument « polonaise »

Contrairement à l’application de la loi et des conventions collectives ils ne bénéficient que partiellement aux droits conventionnels dus comme les primes de précarité, congés payés….

Les explications données à ce jour par leur direction ne correspondent pas à la réalité. Notamment, ou va réellement l’argent qu’on leur prélève ? Est-il reversé en Pologne pour qu’ils puissent bénéficier de leurs droits de retour au pays ?

Samedi 21 janvier réunis en assemblée générale à Cherbourg, ils ont décidé d’interpeller à nouveau leur entreprise, la direction de Bouygues, le maitre d’ouvrage EDF, pour qu’une véritable négociation s’engage dans la semaine. Une pétition largement signée l’exige.

Une rencontre aura lieu dans la semaine auprès des services fiscaux pour faire valoir leurs droits.

Malgré les pressions, les menaces ils sont déterminés à aboutir, à employer les moyens nécessaires pour cela. Comme exercer le droit de grève une nouvelle fois.

Pour la CGT ces situations sont intolérables. Ces salariés sont traités en France comme en Europe comme des personnes SANS DROITS. Ils méritent mieux que ces traitements effectués par des entreprises mafieuses qui fournissent pour de grands groupes du BTP de la main d’œuvre qualifiée au moindre coût et utilisent les paradis fiscaux pour s’enrichir toujours plus.

Les salariés polonais de Flamanville démontrent par leur action que la page de l’exploitation sans frein se tourne et qu’ils entendent bien faire reconnaitre leurs droits.

Union Départementale CGT de la Manche
U.D.CGT.50@wanadoo.fr


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette